« Mon histoire », un manifeste pour un autre livre jeunesse (1/2)

« Lis ! dit la mère, plutôt que de jouer. Lis en arabe au lieu de t’amuser, et souviens-toi, Sîma, j’enseigne l’arabe, ton grand-père était poète et ton oncle… » Ainsi commence Mon histoire, dernier épisode en date des aventures de Sîma, jeune héroïne anticonformiste (Dâr al-Adâb lil-Sighâr, texte de Samâh Idrîs, illustrations de Ranâ Zâhir, Beyrouth, 2010). Au fil des pages, l’auteur revisite d’une plume aiguisée et perspicace les grandes problématiques de l’édition jeunesse dans le monde arabe : pourquoi les enfants ne lisent-ils pas et n’aiment-ils pas lire en arabe ? Pourquoi les adultes ont-ils une idée préconçue du livre jeunesse ? Pourquoi la morale est-elle au cœur de l’histoire ?
Samâh Idrîs se situe ainsi dans la filiation de la nahda arabe qui interrogea en son temps la langue, le livre et son rôle social au sein des sociétés arabes (à ce sujet lire Georgine AYOUB, « Parier sur la langue » dans Histoire de la littérature arabe moderne, 2007). Il se fait aussi l’écho d’un débat contemporain animé, source de dissensions parmi les professionnels de l’édition jeunesse, autour de la question : « le livre arabe et l’enfant, une histoire d’amour impossible ? ».

Lire, ce n’est pas un jeu

« D’accord, d’accord, répond Sîma devant l’insistance de sa mère. D’accord, je lirai tes livres, mais laisse-moi tranquille maintenant… ». Elle lira, même si les livres arabes sont ennuyeux et ressassent la litanie des animaux vertueux ou malins vecteurs d’une morale pour êtres humains. Elle lira, même si les livres arabes sont coupés de sa réalité d’enfant, désuets et linguistiquement ardus. Elle lira par contrainte et non par conviction… mais après avoir vaincu le dinosaure sur sa play-station.
Pour un enfant arabe, lire ce n’est pas un jeu, c’est une corvée. Mon histoire égraine les raisons de cet état de fait, tel un manifeste pour une nouvelle lecture hurlé par les enfants à la face des adultes.
La lecture est difficile d’abord pour des raisons linguistiques. Chaque enfant du monde arabe en apprenant à lire découvre une nouvelle langue, littéraire, ardue, au vocabulaire et à la syntaxe plus complexes que le dialecte parlé. La question de l’apprentissage de la lecture en arabe confond des enjeux linguistiques, culturels et politiques. Pour certains, la langue arabe littéraire doit être abordée dans toute sa complexité dès les premiers pas, car il en va de la survie et de la transmission d’un patrimoine littéraire écrit dans cette langue. C’est une question d’accès à la culture, de filiation puis de capacité à renouveler la production littéraire et la pensée arabe. La langue littéraire est ainsi perçue comme la garante de la richesse intellectuelle du monde arabe et de l’unité de ses pays qui tous parlent (ou du moins écrivent) la même langue, du Maroc à l’Irak. Pour un éditeur, la question est aussi commerciale, puisque le vaste marché  des jeunes lecteurs arabes s’ouvre ainsi à lui.

Pour d’autres, le panarabisme linguistique est un leurre dont il faut se défaire. On peut donner à lire et à entendre aux enfants arabes une langue proche des dialectes, sans diminuer ou déprécier la langue arabe, ni la condamner à disparaître. Le débat autour de la « survie » de la langue est d’autant plus virulent dans un pays comme le Liban que les formation scolaires les plus prisées se font systématiquement en langue « étrangère », anglais, français ou autre. Convaincus que cette « survie » passe par une relation plus affective et plus jouissive à la lecture, quelques auteurs pour la jeunesse arabe, souvent éditeurs de leurs propres ouvrages, travaillent aujourd’hui à écrire pour la jeunesse dans une langue qui se rapproche du langage parlé (voir les ouvrages publiés chez Dâr al-Khayyiât al-SaghîrDâr Asâla, et surtout Dâr al-Adâd lil-Sighâr). L’idée est de construire des « marches » ou des « passerelles» linguistiques entre les histoires contées et les histoires lues.

En préface d’une collection  publiée par Dâr al-Âdâb lil-Sighâr, on peut lire ce texte signé Samâh Idrîs :
« Cette collection raconte les histoires d’un enfant de Beyrouth, dans une langue qui tente de se rapprocher de notre parler quotidien, loin de « la langue docte », cette « homélie », qui demeure le trait distinctif de la plupart des livres pour enfants. Cette collection essaie aussi d’alléger la perplexité des enfants (que ressentent avec eux la plupart des familles !) à l’approche de l’arabe.
Cette aventure a commencé après vingt-deux années comme directeur de publication de la revue Al-Adâb (…). Pendant cette période, la soumission et la subordination de la langue arabe se sont révélées à moi, puisque se manifestait devant moi le puritanisme de la plupart des linguistes, ceux-là même qui travaillent à décrire l’arabe comme une langue « momifiée », isolée de la vie quotidienne et des influences extérieures… en contradiction avec l’héritage du patrimoine littéraire arabe lui-même », écrit avec véhémence le responsable de Dâr al-Adâb lil-Sighâr. Cette diatribe est volontairement écrite dans un arabe très châtié, comme pour préciser de façon implicite que le choix d’une langue proche du dialecte n’est pas fait par défaut de culture.
Certains éditeurs ont poussé l’« audace » jusqu’à publier pour les enfants en dialecte (Dâr Onboz, Beyrouth, Dâr Salwa à Amman). Ces partisans d’un arabe proche de la langue parlée sont les acteurs d’un printemps du livre pour la jeunesse arabe depuis une dizaine d’années.

Le livre sacralisé

Face à cette brise de renouveau, l’écriture pour la jeunesse reste encore majoritairement considérée comme un exercice visant à confronter l’enfant à un arsenal linguistique qu’il lui faut acquérir, aux dépens du plaisir. La langue est figée, se plaint Sîma, et le répertoire monopolisé par « de grands auteurs » dont l’écriture laisse le jeune lecteur perplexe, voire désespéré. Brandissant un ouvrage étudié à l’école, la grande sœur Dîma avertit sa cadette :
« Attends encore trois ans et tu découvriras l’histoire que nous a donnée la maîtresse. Tu vas te décomposer ! »
Alors le père défend l’auteur, « un grand nom ». « C’est bien là le problème, justement, conteste l’enfant. Papa, regarde ces mots ! Pour qui écrit-il, cet auteur libanais connu depuis des générations ?»
Le livre, l’écriture et l’objet, tout est sacralisé. La réaction du père devant un ouvrage raturé est à ce titre édifiante. Il prend l’objet des mains de Dîmâ, et… « Mais qu’est-ce que tu as fait à ce livre, ma pauvre ! hurle-t-il. Quelle honte ! »
Le père est choqué par la quantité de mots surlignés, non pas en ce qu’ils révèlent l’âpreté de la lecture pour l’enfant, mais parce qu’ils abîment le livre.

Écrire Mon histoire…

De page en page, Mon histoire proclame que le livre jeunesse arabe est perçu par les enfants comme un projet destiné à les désespérer de lire. Alors, face à tant  d’adversité, Sîma a une idée… écrire son propre livre, dans un arabe qu’elle comprend, qu’elle connaît.
L’issue choisie par Samâh Idrîs pour libérer son héroïne est parlante. Elle fait écho au renouveau éditorial pour la jeunesse arabe et au discours de ses acteurs sur les motivations qui les ont poussés à créer pour les enfants. Leur travail est porté par une volonté personnelle forte de créer des livres linguistiquement jouissifs, dont ils ne trouvaient aucun exemple sur le marché qui les entourait. A leur tour, ils ont fait le « choix de Sîma » !

© pour toutes les illustrations Dâr al-Âdâb lil-Sighâr


5 réflexions au sujet de « « Mon histoire », un manifeste pour un autre livre jeunesse (1/2) »

  1. en tant qu auteur (e)jeunesse ds les 2 langues arabe et francaise je trouve que les nouvaux auteurs a leur tete mr samah idriss ont donne un coup de fouet a la litterature jeunesse arabe.peu a peu il s’est forge au sein de notre culture une approche nvelle de la langue arabe.donc nous suivons le principe d’instruire et de plaire,de lire d’une maniere ludique et meme les ecoles revendiquent desormais ce genre d’histoires.merci.

  2. Bonjour et Merci Mathilde pour les richesses et découvertes que tu nous offres sur ce blog ! Je viendrai y butiner régulièrement !
    Bien à toi et bonne continuation,
    alexandra

  3. Bravo pour l’ouverture de ce blog et merci pour ce très intéressant billet ! En précisant que les adultes aussi peuvent jouir de l’inventivité linguistique de la nouvelle littérature pour enfants arabe !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *