« Mon histoire », un manifeste pour un autre livre jeunesse (suite, 2/2)

Dans Mon histoire (Qissati, قصتي ), dernier livre jeunesse publié par Dâr al-Adâb lil-Sighâr (texte de Samâh Idrîs, illustrations de Ranâ Zâhir, Beyrouth, 2010), la jeune héroïne Sîma hurle à la face des adultes que la lecture en arabe est ennuyeuse et décourageante de difficulté. Au-delà du manifeste pour un renouveau de l’écriture jeunesse (lire le précédent billet), le livre de Samâh Idrîs est un pamphlet politique et social.

La morale de l’histoire…

Directeur de la revue et de la branche jeunesse d’Al-Âdâb, auteur de tous les livres jeunesse qui y sont publiés, Samâh Idrîs se frotte livre après livre aux règles sociales et à la morale libanaises. Dans Mon histoire, il interroge l’image idéale véhiculée par des héros coupés de toute réalité et toute contemporanéité.
Assez des histoires de « mères courage » et de pauvresses qui se transforment en princesses ! « Ces livres-là, crie la petite fille, ne parlent pas de ma réalité à moi ! » Dans la réalité de Sîma, la maman corrige des copies et une armée de bonnes et de chauffeurs servent une société beyrouthine fortunée. Face à ce paradoxe, Sîma interpèle son père et lui demande si sa gentille bonne sri lankaise, Ritna, deviendra un jour une princesse, comme dans le conte qu’elle vient de lire. Dîma, la grande sœur, intervient : tout de même, elle croit tout de même plus dans cette histoire de pauvresse qui devient princesse que dans celle du roi généreux qui donne aux pauvres tout son argent, son château, ses terres, ses champs et ses habits !

…dans une société sans morale

Par la voix de ses héroïnes, Samâh Idrîs jette du vitriol sur une classe aisée beyrouthine, dont il est issu. Critique, Idrîs ne s’exclue pas du lot et ne tombe pas dans le travers qui consisterait à idéaliser ses propres héroïnes. En dernière page par exemple, la jeune Sîma commande à sa bonne son plat préféré d’un ton autoritaire, dans un arabe mêlé d’anglais, si délicieusement caractéristique  de ce milieu ! « Ritna ! Courgettes au yaourt pour dimanche, please ! », ordonne-t-elle à travers la maison, téléphone à la main.

Dans ce monde injuste, les livres pour enfants, eux, sont pétris de morale. Sur ce point encore, Samâh Idrîs donne la parole à Sîma et avec elle, à travers elle, dénonce l’enseignement moraliste explicite dans nombre de livres jeunesse. Assez des chats malins, des chiens fidèles, des singes intelligents et autres paons vaniteux, héritiers dénaturés des contes de Kalila et Dimna, exemples démodés censés procurer à l’enfant valeurs et bonnes mœurs !
« Ces histoires sont des leçons, ma chérie, explique la maman.  Même si elles parlent d’animaux et d’oiseaux, elles t’enseignent la loyauté, l’effort, la modestie, le… »
« Je sais tout ça, la coupe Sîma. Ça va !? Je ne suis pas un âne !? »

Les livres jeunesse arabes sont en grande partie issus de maisons d’édition initialement vouées à la publication de manuels scolaires. Par conséquent, le discours éducatif et moral est, historiquement, une thématique centrale de l’édition pour enfants (sur l’histoire éditoriale, lire ce billet paru sur le blog les Carnets de l’Ifpo). Depuis une dizaine d’année, les pionniers d’un renouveau du livre jeunesse dans le monde arabe ont opéré un déplacement extrêmement significatif, en passant d’une narration portée par les adultes à une narration portée par l’enfant qui, héros de sa propre histoire, devient une personne à part entière, s’éduquant lui-même et se déterminant parce qu’il essaie, échoue et recommence.

L’enfant est une personne

A travers cette identité du narrateur, c’est en effet la question même de la perception du monde de l’enfance par le monde des adultes qui est en jeu, une question de projet éducatif et de temporalité accordée à l’enfance. Existe-t-il un temps de l’enfant ? Ou bien n’est-il qu’ « un petit adulte » ? Le livre de morale « classique » tend à cantonner l’enfant dans son statut de petit homme et à le considérer comme une matière malléable (plutôt mal intentionnée…) qu’il s’agit de modeler et d’orienter grâce à des principes clairement énoncés, des règles droites, des valeurs stables et des interdits balisés. Le renouveau de la littérature jeunesse arabe tient en quelques ouvrages qui interrogent l’intention de l’enfant, lui donnent le droit à l’erreur, valorisent ses « bêtises » comme autant d’expériences qui font grandir (voir en particulier Lam akun aqsud… لم أكن أقصد aux éditions Asâla, 2008).

Jouer à mentir ?

Chez Samâh Idrîs, l’enfant va jusqu’à interpeller, critiquer et contredire le monde des adultes. L’audace est extrême… Le conte de la courgette ( قصة الكوسة, Dâr al-Âdâd lil-Sighâr, 2004, illustrations de Yasmîne Ta‘ân) a fait scandale en révélant les aventures du jeune Usâma dont la mère ruse pour lui faire  manger des courgettes au yaourt (plat syro-libanais très apprécié). Une mère qui ruse est-elle une mère qui joue ou une mère qui ment ? Beaucoup ont voulu voir en elle une adulte en laquelle on ne peut pas se fier, or « l’enfant a besoin de modèles ». L’album a été banni de nombreuses écoles libanaises (qui constituent le principal réseau de vente des éditeurs jeunesse…). Dans Mon histoire, l’auteur fait un clin d’œil à ce Conte de la courgette via l’injonction culinaire de Sîma à sa bonne, « courgettes… please ! ».

Samâh Idrîs construit petit à petit une œuvre littéraire pour la jeunesse arabe, forte d’une intention politique et d’une invitation à libérer les esprits. Il donne la parole aux enfants, interroge les grands, et nous laisse en attente d’une nouvelle histoire… Please !

© pour toutes les illustrations Dâr al-Âdâb lil-Sighâr



Une réflexion au sujet de « « Mon histoire », un manifeste pour un autre livre jeunesse (suite, 2/2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *