« L’histoire de Nûra », individuel et collectif (1/2)

« Si je n’étais pas là… qui s’en apercevrait ? » La question est au cœur de l’enfant lorsqu’il prend conscience du temps, de sa finitude et qu’il est tenté de jouer avec sa propre disparition. La question est aussi au centre de L’histoire de Nûra (éditions Asâla, textes de Fâtima Charaf al-Dîn, illustrations de Hiba Farrân, 2008), l’aventure d’une fourmi qui veut trouver sa place au sein du groupe et être aimée comme nulle autre… (lire ce précédent billet signé Tiphaine Favereau). Le contexte ici est celui d’un collectif omniprésent, la fourmilière. Le système communautaire étouffe l’individu pourtant l’individu est l’avenir du collectif, semble nous dire le livre. L’illustration conduit le regard du lecteur de l’extérieur vers l’intérieur, du public vers l’intime, du collectif vers l’individuel, et accompagne ainsi graphiquement la question existentielle.

Images en mouvement

L’illustration est structurée en différents tableaux et angles de vue. En haut, un plan éloigné de palmiers et de fleurs, l’alignement de la végétation rappelle les bords du Nil. Le deuxième tableau (en dessous à droite dans le sens de lecture arabe…) est un plan rapproché de fruits issus du troisième tableau, plus large, fait de pommiers. Un quatrième tableau est un gros plan sur une mosaïque de tissus : le monde des fourmis est constitué de minuscules particules que l’on regarde ici avec leurs yeux. Sur la page en vis-à-vis, la fourmi Nûra salue une amie. La feuille qui la supporte est énorme, tandis que plus haut, des fourmis minuscules courent croquées par le dessin, tels de petits ronds. Un dernier cadre dans le cadre montre, en macro, la structure et la matière de la feuille.
Cette profusion d’éléments conduit le regard dans un va-et-vient permanent du microscopique au macroscopique, du point de vue de l’homme à celui de la fourmi, de l’intérieur du monde des insectes à son extérieur. Ce mouvement a deux effets : il donne le sentiment d’une grande activité (le dessin est statique mais ce changement d’échelle oblige le regard à s’ajuster en opérant un zoom imaginaire d’un dessin à l’autre) et il induit des états affectifs, le gros plan est associé à un sentiment d’appartenance, le plan général, à un sentiment d’extériorité. C’est en fait l’état psychologique de la fourmi Nûra qui se traduit graphiquement. Nûra est membre de la fourmilière et pourtant elle s’y sent extérieure, elle est dans le monde et hors du monde, elle erre, dans un perpétuel tiraillement affectif.

Nûra la mal-aimée

« Nûra avait une drôle d’idée ! Elle pensait ne pas être aimée. « Avec Nûra ou sans Nûra » tout va bien dans la maisonnée, voilà ce qu’elle se disait. »

Alors Nûra s’en va. Elle passe la porte du collectif, elle quitte le monde connu. Celui dans lequel elle se retrouve n’est pourtant, graphiquement, pas très différent, c’est un exil à pas de fourmi ! La nouveauté tient au fait que Nûra observe, dans les moindres détails, elle scrute « à la loupe » le dehors et le dedans, elle interroge la double dimension extérieure et intérieure des choses (voir la pomme). Ainsi l’image évoque la quête existentielle et donne à voir que tout être humain, végétal, animal, minéral, est doué d’une existence en surface et en son cœur.
On tourne la page et dans un mouvement de zoom avant cinématographique, le lecteur plonge dans l’être de Nûra. Le monde extérieur n’existe plus. « Pour évoquer ce passage à l’intérieur de la psychologie de l’être, je voulais rendre Nûra transparente. Le papier quadrillé participe de cet effet : on voit le papier, on voit à travers le dessin comme on voit à travers l’âme » explique l’illustratrice Hiba Farrân. La fourmi Nûra fait l’expérience de la solitude, seule, telle une poétesse au désert. Trois pages plus loin, c’est un nouveau gros plan quadrillé qui nous aide à remonter à la surface de l’être. Le regard de la fourmi guide celui du lecteur vers l’endroit où la « chose » arrive, derrière les herbes, au-delà des bulles…
L’histoire a recours au danger pour réveiller la conscience de la fourmi, une inondation arrive, elle sera salvatrice. Face à la menace, c’est la mise en ordre du collectif, chacun trouve sa place, le fort aide le faible, le grand aide le petit, et Nûra comprend son rôle. Pourquoi avoir choisi une inondation, une vague déferlante comme élément narratif  qui apporte du renouveau et marque une transition dans la vie de la petite fourmi ? Le danger aurait pu être tout autre, mais texte et images font référence au Nil, dont la crue intègre cet aspect binaire du danger associé au renouveau.
Après l’orage, dans un grand cercle de visages, Nûra fait partie de la ronde, elle a trouvé sa place au sein de la communauté des fourmis qui lui accordent de l’attention (tous les regards sont tournés vers elle). Le texte affirme que Nûra est sans nulle autre pareille, l’image indique qu’elle a sa place au sein du groupe, c’est donc cela une communauté : un ensemble d’êtres uniques et pensants, choisissant leur place et soudés pour l’intérêt commun.

La question communautaire

L’Histoire de Nûra peut être reliée à quelques (rares) livres jeunesse sur la question communautaire, tous publiés au Liban. Hikâyat chajjarataîn (L’histoire de deux arbres, Asâla, Beyrouth, 2004, textes et illustrations de ‘Adli Rizq Allah) est un hymne métaphorique à la réconciliation et au partage. Deux arbres, en tout point semblables, se font face et se jalousent. L’un appartient à une mosquée, l’autre à une église. Sous leur ombre, deux groupes se font face et s’ignorent. Du fait de l’entremêlement des branches, les deux arbres viennent à ne faire plus qu’un et sous leur ombre, les gens chantent d’une même voix, sans que plus rien ne distingue celui qui va à la mosquée de celui qui va à l’église. Le livre insiste sur la ressemblance des deux arbres et des deux groupes humains. Des deux côtés, tout est pareil, si ce n’est le soleil qui tourne et ne dispense pas sa lumière au même endroit, au même moment. Le livre est publié par une maison beyrouthine mais écrit et illustré par un Égyptien. Il est intéressant de noter que pour lui, la question religieuse et communautaire est binaire. A l’inverse, dans Limâdha amtarat al-samâ’ kûsâ wa waraq ‘inab (Pourquoi a-t-il plu des courgettes et des feuilles de vigne ?, Dâr al-Khayyât al-Saghîr, Beyrouth, 2009, textes de Rânia Zaghîr et illustrations de Sâra Sarâj), la jeune maison d’édition du Petit Tailleur évoque une réalité nationale multiple et invite à la fabrication collective d’une grande soupe partagée. Le livre prend pour point de départ une pluie de légumes absurde tombée sur le Liban le 7 mars (référence à la manifestation unitaire pour le Liban rassemblée autour du Hizb Allah le 7 mars 2005). L’histoire nous conduit au fil des lettres de l’alphabet dans une visite des quartiers de Beyrouth, des villes et villages du Liban pour découvrir le nom du légume qui y est tombé du ciel, à Achrafiyeh des ananas, à Bârûk des basal (oignons), etc…. Au bout de l’histoire, les habitants de tout le Liban mettent en commun leurs légumes pour fabriquer et déguster ensemble une grande soupe.  Le prétexte de l’histoire est surréaliste mais il affirme avec réalisme que le Liban est multiple et uni.

Une individuation arabe ?

Au delà de la question communautaire, L’histoire de Nûra peut être abordée comme un ouvrage phare sur la question de la place de l’individu au sein de son groupe d’appartenance, qu’il soit familial, communautaire, national, panarabe. Le livre en ce sens fait écho à d’autres publications jeunesse récentes évoquant un processus d’individuation arabe. L’individu s’affirme dans les livres jeunesse via l’expérience d’un résistant solitaire contre l’oppression d’une tache noire (lire ce billet), via la prise de parole de l’enfant narrateur (lire ce billet), via des ouvrages sur les sentiments de l’enfant devenu une personne entière (voir par exemple, le livre Awal liqâ’, première rencontre, Dâr Onboz, 2009). D’aucun voient dans le processus d’individuation arabe un des moteurs des révolutions en cours (lire ces propositions d’analyse sur CPA ou cette interview de Farouk Mardam-Bey), et l’on entend son écho dans le livre jeunesse.

© Pour toutes les images : Dâr Asâla


Une réflexion au sujet de « « L’histoire de Nûra », individuel et collectif (1/2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *