« L’histoire de Nûra », une ode à la communauté

Dans L’Histoire de Nûra publiée aux éditions Asâla en 2008, Fâtima Charaf al-Dîn (textes) et Hiba Farrân (illustrations) explorent la question du collectif à travers les péripéties d’une petite fourmi à qui vient une idée saugrenue : si elle quittait la fourmilière, manquerait-elle à sa famille ? C’est ainsi que l’on suit Nûra sur le chemin de ses découvertes et que l’on découvre nous-même un ouvrage frappant tant par ses illustrations composées de plusieurs couches de visuels (papier brillant, tissus floraux, traits de crayons de couleur et pastels…) que par son texte en rimes, pareil à celui des poésies. Néanmoins, ce qui constitue la première originalité de L’Histoire de Nûra est ce thème du départ. La fourmi part loin des siens, non par simple désir de découverte mais à la suite d’une question existentielle. L’auteur s’inspire d’un phénomène fréquent chez l’enfant : le besoin de savoir quelle est sa place au sein de la collectivité en « testant » ses proches. Abordant ainsi la question de la psychologie de l’enfant et de ses sentiments vis-à-vis du collectif, l’ouvrage s’enracine dans une valeur prédominante pour un pays comme le Liban. Grâce à cet exil et à l’issue d’une épreuve, Nûra la fourmi va comprendre la véritable place qu’elle occupe au sein d’un collectif, plus fort que tout quand il s’agit de faire face à un danger.

Comment dessiner le collectif ?

Le lecteur est d’emblée transporté dans un microcosme. La segmentation suggérée par l’illustration en patchworks constitue d’innombrables « niches visuelles » participant ainsi d’une idée de plongée au cœur d’une fourmilière. Le collectif, sous diverses formes, se retrouve quasiment dans chacune des pages après une apparition progressive. La première page est accordée à l’héroïne, Nûra. Puis, page deux, vient le tour de son amie, une petite fourmi à lunettes que l’on retrouve de manière récurrente et à l’identique dans certaines pages suivantes. On termine ensuite avec le reste de la fourmilière. Ainsi, les pages se remplissent petit à petit de ces insectes comme se remplit de fourmis la fourmilière.

Ce principe graphique que l’on retrouve presque à chaque page participe au bon déroulement de la lecture et constitue également un atout ludique puisque, de cette manière, l’enfant peut aisément reconnaître les dessins. Parfois, les fourmis deviennent même support du texte lorsque, elles semblent porter chacune des lettres sur leur dos. L’enfant suit la ligne des fourmis comme il suit le texte à l’aide de son doigt. On découvre ainsi un ouvrage riche d’illustrations et au travers duquel divers éléments déjà observés auparavant réapparaissent : ici une cigale accompagnant Nûra, là un oiseau sur son chemin… Autant de symboles qui participent de l’idée d’un collectif qui n’est finalement jamais bien loin.

« L’union fait la force »

Le texte, quant à lui, prend des allures de conte truffé de petites réflexions morales mais non moralistes. L’enjeu est la communauté et son bon déroulement. Le texte commence par présenter le fonctionnement d’une fourmilière où tout semble se dérouler à merveille. À travers ces premières pages ressort l’idée d’un travail commun, « ensemble » qui, dans l’adversité – défendre la fourmilière contre le « terrible poussin » par exemple – permet de rendre la tâche efficace. Face à un poussin qui occupe toute une page, le texte, qui parle du travail en communauté, semble plus fort puisqu’il est apposé directement sur le corps de l’animal. C’est ici à la manière du fameux adage « l’union fait la force » que l’ouvrage suggère cette idée.

Nûra aussi est forte, surtout lorsqu’il s’agit  de guider les fourmis vers un chemin plus sûr lors de l’épreuve finale, celle de l’inondation de la fourmilière. C’est à ce moment que le texte affirme que seul l’ordre garantit la sécurité : « en se mettant en rang, ainsi on peut éviter le danger ». L’illustration du texte semble prendre des allures de texte de lois : c’est la seule fois où il apparaît sur un fond grisé, symbolisant l’aspect un peu plus « officiel » de l’histoire. Juste à côté, les fourmis forment une pyramide illustrant directement ce que le texte annonce : « le plus fort porte le faible et le grand aide le petit », allant ainsi dans la droite ligne de la politique éditoriale de la maison d’édition, à savoir le souci de poser les fondements de base de la vie de l’enfant. Sur un ton de conte rimé, les fourmis remercient Nûra pour son aide tout en appuyant sur le caractère « unique » de la petite fourmi : « Il n’y en a pas deux comme toi ».

Ce besoin existentiel qui pousse Nûra sur les chemins de l’exil prouve qu’il n’est pas facile de trouver sa place au sein de sa famille. Pourtant, c’est tout le contraire que suggère cet ouvrage à travers un collectif omniprésent que symbolisent divers éléments graphiques aidés d’un conte qui semble guider la fourmi et les siens vers l’ordre et le bien-vivre ensemble.

© Pour toutes les images, Dâr Asâla

Tiphaine FAVEREAU (étudiante en Master II à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth)
L’USJ propose la première formation consacrée aux métiers du livre et de l’édition dans le monde arabe, sous forme d’un Master professionnel intitulé « Métiers du livre »
Pour tout renseignement, contacter Charif MAJDALANI : cherimaj@usj.edu.lb

« Si j’étais un oiseau… » pour voir au-delà du mur

Si j’étais un oiseau… est l’histoire d’un enfant qui vit « du côté gris », un enfant de Palestine, aujourd’hui. Premier ouvrage de ce type dans le monde arabe à notre connaissance, il présente à l’intention de la jeunesse la question du mur – ou encore la « barrière de sécurité » comme on l’appelle de l’autre côté. Publié en 2009 par la jeune et dynamique maison d’édition jeunesse Kalimât basée aux Emirats Arabes Unis (texte de Fatima Charaf al-Dîn, illustrations d’Amal Karzaî), il s’efforce de présenter l’exil des réfugiés palestiniens comme un fait historique, là où beaucoup d’albums jeunesse se contentent de le considérer comme un fait inique, sans l’expliquer ou l’analyser plus avant. Il (re)visite aussi les grands thèmes liés à cette question : la maison perdue et le droit au retour symbolisé par la clef conservée par ceux qui ont perdu leurs biens et la question de la gestion de l’eau (pour découvrir la suite de cette histoire, lire ce billet publié en janvier 2011 sur le blog Les carnets de l’Ifpo).

لو كنت طائراً… لرؤية ما بعد الجدار

« لو كنت طائراً »… هي قصة صبي يعيش « من الجهة الرمادية »، طفل من فلسطين، اليوم. هي أول قصة حسب معرفتنا، تقدم للجمهور الشاب مسألة الجدار – أو ما يسمى في الجهة المقابلة « الحاجز الأمني ». نشرته دار فتية ونشيطة للأطفال اسمها « كلمات » مركزها في الإمارات العربية المتحدة، من تأليف فاطمة شرف الدين ورسوم أمل كرزاي. ويقدم الكتاب هجرة اللاجئين الفلسطينيين على أنها حدث تاريخي فيما تقدمها كتب أخرى على أنها حالة ظلم بدون المزيد من الشرح أو التحليل. هذا الكتاب يتناول كذلك المسائل الكبرى المتعلقة بالموضوع: البيت المسلوب وحق العودة الذي يُرمز إليه من خلال المفتاح الذي احتفظ به الذين فقدوا أملاكهم أو ورثتهم ومسألة استخدام المياه.

عالم منقسم إلى جزئين

على غلاف الكتاب، يرسم طفل أزهاراً وبوالين على جدار رمادي ويظهر طير على ثلاثة مراحل. يوحي هذا التقسيم للرسم حركة الطير المنطلق نحو السماء، فيبدو منذ بداية القصة أن الشعر هو المفر الوحيد. نتبع الطائر في الصفحة الأولى وهو يحلق فوق أرض مقسومة إلى قسمين. يبدو الجدار من السماء خطاً ملتوياً سميكاً ورمادي اللون، كدائرة تنغلق على نفسها خارج إطار الصورة (الصورة الأولى من اليمين). يبدو الناس داخل الدائرة أو ما يشبه علبة زجاجية مستديرة على شكل نقاط والبيوت مكعبات متراصة تربط بينها أسلاك الكهرباء كما في شبكة عنكبوت. الفراغ خارج الدائرة مفتوح وذو ألوان فاتحة والمنازل واسعة وبرك الماء توحي بالبرودة. يشكل الجدار حداً فاصلاً بين عالمين مختلفين تماماً، لا يتساوان في شيء.
يحاصر الجدار الناس والرسم الذي شوهت أبعاده كما لو بفعل عدسة مكبرة، مما يؤجج الشعور بأننا في نوع من القطرميز الزجاجي المغلق (الصورة 2 أعلاه). نرى على الجدران رسوم الذئاب الشرسة تقابلها أياد مرفوعة بإشارة الانتصار. إنه قتال الأياد العارية ضد الوحوش المفترسة. نرى بعض صور الشهداء الملصوقة بين أسنان الوحوش، من بينها صورة طفل صغير. يعاش داخل الدائرة المغلقة مع الموت بين المقاومة والقتال وتكريم الشهداء.
يكرر النص كلمة « جدار ». يكرره الطفل الذي يلمسه ويلتصق به ليستمع إلى الحياة في الجهة الأخرى (الصورة 3). « بيتنا هنا (…). أذكر الحديقة التي كنت ألعب فيها هناك. أذكر غرفتي وسريري وألعابي ». النص والصورة يترافقان من دون أن يتقاطعا، لاستحضار البيت المفقود كمكان للذاكرة والحياة السعيدة ومكان الخصوصية كذلك. فُقدت هذه الخصوصية في كثافة مخيم اللاجئين.

طواف المهجرين الطويل

في صفحة العنوان يبدأ الكتاب بصورة حشد طويل من المهجرين، لازمة المقموعين في العالم أين كانوا. يشكلون صفاً طويلاً من الأجساد المنحنية المتعبة. شجر الزيتون المزروع في أعلى الهضاب يشير إلى فلسطين الواسعة الخضراء التي تركنا خلفنا.
نفس الصورة تتكرر بعد بضع صفحات ورسمت في مقدمة صف المهجرين العائلة التي تروى قصتها. تشكل أجساد أفرادها النحيلة والطويلة مجموعة صغيرة متراصة على بعضها لتحتمي، يربط بينها خط الرسم ليؤكد لحمتها.
يمسك الولد الصغير وبطل القصة اللعبة التي أخذها معه من البيت ويشد يديه عليها وهي أرنب صغير. كل شيء هنا يوحي بالصعوبة وبقساوة التجربة. « أذكر اليوم الذي رحلونا فيه من بيتنا. قالوا: « ارحلوا! » صرخوا: « ارحلوا وإلا… ». وحين لم نترك المكان أخافونا بسلاحهم. رحلونا من بيتنا. أخذوا بيتنا وأعطوه لعائلة آتية من بلاد بعيدة. لم نكن وحدنا. جيراننا أيضاً تركوا بيوتهم ورحلوا. »

لو كنت طائراً… هو الوجهة العربية لقصة رحيل الفلسطينيين: التهديد والتهجير وتوطين عائلات وصلت لتوها إلى البلاد… ويعدد الكتاب المظالم التي طالتهم من فقدان الأراضي واحتلال المنازل وشروط الحياة الجديدة المذرية والتباين الفاضح بين الجهتين. هو أيضاً الكتاب الأول الذي يتناول مسألة المياه وإدارتها الظالمة واستخدامها الغير متكافئ بين جهتي الجدار. فمن جهة نرى صحراء رمادية ومن جهة أخرى واحة من البرك والمسابح.

في الازدواجية يكمن الظلم

بني الكتاب كله على مبدأ الازدواجية. قسمت الصورة إلى قسمين من جراء الجدار وقطّعت القصة إلى ما قبل وما بعد وإلى « هم » و « نحن ». فيتجسد من خلال هذه الازدواجية احساس بالظلم لاختلاف الحالتين وتظهر الهوة التي تفصل بين العالمين.
أمام هذا الظلم، يسأل الطفل أمه وهو يشير بيده متهماً إياهم : « لماذا لديهم مسبح بُنيَ على أرض بيتنا فيما نعيش نحن هنا؟ » (انظر الصورة المرفقة). تساعده الأم على احتواء غضبه، تمسح وجهه وتهدئه. تبدو وكأنها تحاول رفع رأسه واحتوائه في ذات الوقت. قبل ثلاثين عاماً من الآن، كانت أم أسامة تبارك بابنها وترسله للقتال فيما كانت أخته الصغيرة تحسده على مصيره. اختلف الزمن واختلف أدب الأطفال فيبدو هنا موقف الأم مستسلماً. تقابل الصورة جملة مكتوبة بخط عريض يصرخ بها الطفل ليعبر عن العذاب العنيف الذي يولده فيه هذا الظلم الفاضح : « هذا يحزنني كثيراً ».

أمام الجدار، الاستسلام أو انتظار يد إلهية ؟

يجيب الأب على سؤال ابنه : « سنعود يوماً إلى بيتنا يا حبيبي. انظر! هذا مفتاح باب بيتنا. ما زال معنا. سنعود يوما إليه. » يرفع مفتاحاً إلى أعلى الجدار، يده مرفوعة  في السماء إلى ما بعد خط الأفق. بهذا المفتاح يطالب الأب بحقه المشروع، بملكية منزله وأرضه. فيمحي المفتاح الجدار ويحوله إلى هضبة. يحيط ضباب أبيض بالمفتاح في الرسم وكأنه تأكيد على مفعول قوة خارقة كامنة فيه، فهل هي آخر الحلول لمحاربة الظلم في فلسطين ؟

للصور دار كلمات©
ترجمة بالعربية سلمى ألعظمة
Traduction en arabe : Salma al-Azmé

La guerre dans la bande dessinée libanaise : quel temps est-il ?

© Mazen Kerbaj

L’ouvrage de Zeina Abirached Mourir partir revenir, le jeu des hirondelles, ainsi que ceux de Mazen Kerbaj et de sa mère Laure Ghorayeb, respectivement Beyrouth 2006 et 33 jours, tentent de raconter les guerres survenues au Liban. Un des problèmes qui se pose aux auteurs lors de la mise en icônes est celui de la retranscription d’une temporalité défaite, celui du temps de guerre.

On remarque deux approches très différentes chez ces trois auteurs. Abirached, qui parle de la guerre civile, situe son action en 1984 et se base sur ses souvenirs pour réaliser une sorte de biographie familiale autobiographique. L’autre approche, celle de Kerbaj et Ghorayeb, se situe dans l’instantané pour lutter contre la soudaineté des bombardements de 2006. Ces deux ouvrages sont les adaptations papiers de leurs blogs. Ces trois albums ont en commun d’user d’anamorphose temporelle, entre ralentissement de l’action avec une hyper-focalisation sur les détails du quotidien et lutte acharnée contre le temps qui passe, avec comme seule arme pour les auteurs : la création artistique à tout prix.

Mazen Kerbaj est le plus révolté de tous, il semble lutter contre le temps par le biais d’un rythme de production frénétique pour essayer d’échapper à la réalité. Le 2 août il met en ligne pas moins de 25 illustrations du jour et des jours précédents où l’attente du retour d’une connexion internet se faisait attendre. L’inaction est mise en scène comme une source de souffrance voire d’impuissance : « Pas d’électricité. Pas d’internet […] je n’ai pas la force de colorier le fond de ce dessin en noir » (17 juillet). Kerbaj veut être l’interprète des évènements, le retard qui s’accumule est une frustration pire que l’échec car il ne peut lutter contre. Il suffit de voir une des illustrations du 2 aout (réalisé le 1er) pour comprendre, l’artiste se dessine les yeux exorbités, le style est hachuré, chaque trait est la traduction de la frustration qui l’anime lorsque son dessin est en cours de chargement sur son ordinateur. Lutter contre le temps qui passe est une façon de ne pas se laisser atteindre par les évènements, le médium de Mazen Kerbaj sert de bouclier.

© Laure Ghorayeb

Chez Laure Ghorayeb aussi la temporalité vient structurer l’œuvre. Comme le notent Marc Kaloustian et Mazen Kerbaj dans la préface du livre il a fallu 6 jours à l’auteure « pour sortir de sa torpeur et se mettre au travail ». Le temps déborde littéralement du cadre de 33 jours, même l’absence d’œuvre est significative. Si cet ouvrage peut se découper en trois périodes (une chronique du 18 au 30 juillet ; un support à l’évocation nostalgique du 31 juillet au 15 août ; une mise en perspective artistique de l’après guerre du 15 au 30 août) c’est pourtant la première, celle de l’incapacité créative qui est la plus significative. C’est ce temps de l’acceptation qui va faire que le reste de l’ouvrage a prit corps.

On comprend l’idée d’urgence créative de ces deux auteurs lorsque l’on consulte leur blog, ils veulent coller aux évènements, la création sert ici d’exutoire immédiat à la barbarie et à la soudaineté des bombardements. Elle apparaît alors comme un refuge pour les artistes qui n’hésitent plus à augmenter leurs productions pour accompagner les évènements et ne plus être spectateur de la barbarie.

Si Mazen Kerbaj et Laure Ghorayeb ont des démarches semblables dans leur volonté de lutter contre la fuite du temps, Zeina Abirached procède presque de manière inverse. Ce qui ressort du Jeu des hirondelles c’est une lenteur narrative et séquentielle. Elle, ne court pas après les évènements mais elle reconstitue une scène de la vie quotidienne à partir d’un souvenir d’enfance. La lenteur et l’ennui sont traduits par une focalisation de l’auteure sur les détails.
Une séquence qui va de la page 49 à 57 vient se resserrer de plus en plus sur Chucri, le fils de la concierge et Anhala, la grand-mère. Dans un premier temps Zeina et sa sœur passent en hors champ, ensuite la case de gauche qui fait office de voix off s’éclipse pour que l’attention ne puisse plus porter que sur les deux personnages. Chucri et la grand-mère restent immobiles sauf pour porter cigarettes et tasse de thé a la bouche. Une case reste vide de commentaire pour accentuer la lenteur de l’événement, l’action est décomposée à son maximum. L’œuvre d’Abirached est construite sur ce procédé de répétition graphique. Le seul moment où l’action s’accélère, c’est lorsqu’une bombe tombe dans la chambre de Zeina à la page 163. En fait, l’histoire s’interrompt à ce moment. Toutes les lenteurs servent à appuyer cette rupture qui apparaît alors encore plus violente.

© Zeina Abirached

On peut alors considérer que l’œuvre d’Abirached s’arrête la où celles de Kerbaj et Ghorayeb commencent. Le jeu des hirondelles pourrait être un symptôme de l’amnésie libanaise concernant les périodes de guerre. L’action se situe dans un à-côté narratif, la raison qui fait que tout les personnages se retrouvent chez la grand mère, la guerre, est en hors champ et le récit s’interrompt lorsque celle-ci fait irruption dans la chambre de Zeina avec son attribut le plus symbolique : une bombe. A l’inverse, l’enjeu des œuvres de Kerbaj et Ghorayeb est de parvenir à une représentation totale de la guerre, en n’occultant rien. Les deux auteurs essaient d’ailleurs de faire dialoguer leurs œuvres de chroniqueurs avec l’Histoire (avec une grande hache). C’est d’ailleurs un des aspects les plus marquants de leurs travaux. On peut prendre l’exemple du 30 juillet. La mère et le fils illustrent le massacre de Qana. Leurs approches diffèrent, Laure Ghorayeb remplit son rôle de chroniqueuse, elle commente simplement : « Les martyrs de Qana dans des sacs en nylon 1996/ 2006 ». Elle renvoie à une tragédie semblable de l’histoire contemporaine alors que Mazen se réfère au temps biblique : «  Il y a 2000 ans, à Qana, Jésus a transformé l’eau en vin. Aujourd’hui, à Qana, l’aviation israélienne a transformé les enfants en cendre ». Là où la mère montre l’absurdité d’une histoire qui se répète, le fils se rapporte au temps sacré pour doublement appuyer le décalage entre l’horreur de l’actualité et la nature mystique du premier événement.

Les échos historiques se retrouvent aussi au sein même des œuvres, notamment chez Ghorayeb qui tente de remettre les événements en perspective. Elle vient intégrer ses œuvres précédentes, qui datent des années 1970 ou qui sont issues du recueil intitulé Témoignage, à ses nouvelles réalisations dans un chapelet d’œuvres entre le 15 et le 23 septembre. En faisant se superposer les témoignages artistiques l’auteure met en avant un aspect essentiel, celui de l’écriture de l’histoire. Elle créée un jeu de miroir entre ses œuvres venant ainsi faire dialoguer présent et passé. Cela renvoie à son commentaire du 22 juillet : « Je suis critique d’art et durant les guerres, les arts ne s’épanouissent plus ». En effet, cette démarche n’est possible qu’une fois les bombardements terminés.  On retrouve cette idée chez les deux autres auteurs. Abirached, toujours dans le hors champ, raconte en quatrième de couverture de son album la genèse de son histoire : « Je suis tombée sur un reportage tourné à Beyrouth en 1984[…] une femme […] a dit une phrase qui m’a bouleversée[…] cette femme c’était ma grand mère ». Pour Kerbaj, l’idée de dialogue entre le passé et le présent est marqué par une division entre l’avant et l’après guerre comme l’illustre sa note du 26 août.

L’idée d’amnésie est reprise par Mazen Kerbaj dans ses travaux les plus récents. Les auteurs du corpus ci-dessus sont les incarnations de cette tension entre une volonté de lutter contre l’oubli par une création en temps réel qui tend à traduire le ressenti face aux événements et incapacité subjective retranscrire les évènements en icônes. La diffraction temporelle est un symptôme de cette tendance qui se concrétise dans la narration par une anamorphose temporelle. Finalement le seul moyen de traduire la temporalité guerrière pour les auteurs est de se mettre hors du temps.

Pierre-Nicolas VAN AERTRYCK (étudiant en Master II à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth)
L’USJ propose la première formation consacrée aux métiers du livre et de l’édition dans le monde arabe, sous forme d’un Master professionnel intitulé « Métiers du livre »
Pour tout renseignement, contacter Charif MAJDALANI : cherimaj@usj.edu.lb

Abirached, Zeina, Mourir partir revenir. Le jeu des hirondelles, Cambourakis, Paris, 2007.

Ghorayeb, Laure, 33 jours, Amers éditions, Liban, 2007.

Ghorayeb, Laure, Témoignage, 1985

Kerbaj, Mazen, Beyrouth 2006, L’Association, coll. Côtelette, Paris, 2007.