« L’histoire de Nûra », une ode à la communauté

Dans L’Histoire de Nûra publiée aux éditions Asâla en 2008, Fâtima Charaf al-Dîn (textes) et Hiba Farrân (illustrations) explorent la question du collectif à travers les péripéties d’une petite fourmi à qui vient une idée saugrenue : si elle quittait la fourmilière, manquerait-elle à sa famille ? C’est ainsi que l’on suit Nûra sur le chemin de ses découvertes et que l’on découvre nous-même un ouvrage frappant tant par ses illustrations composées de plusieurs couches de visuels (papier brillant, tissus floraux, traits de crayons de couleur et pastels…) que par son texte en rimes, pareil à celui des poésies. Néanmoins, ce qui constitue la première originalité de L’Histoire de Nûra est ce thème du départ. La fourmi part loin des siens, non par simple désir de découverte mais à la suite d’une question existentielle. L’auteur s’inspire d’un phénomène fréquent chez l’enfant : le besoin de savoir quelle est sa place au sein de la collectivité en « testant » ses proches. Abordant ainsi la question de la psychologie de l’enfant et de ses sentiments vis-à-vis du collectif, l’ouvrage s’enracine dans une valeur prédominante pour un pays comme le Liban. Grâce à cet exil et à l’issue d’une épreuve, Nûra la fourmi va comprendre la véritable place qu’elle occupe au sein d’un collectif, plus fort que tout quand il s’agit de faire face à un danger.

Comment dessiner le collectif ?

Le lecteur est d’emblée transporté dans un microcosme. La segmentation suggérée par l’illustration en patchworks constitue d’innombrables « niches visuelles » participant ainsi d’une idée de plongée au cœur d’une fourmilière. Le collectif, sous diverses formes, se retrouve quasiment dans chacune des pages après une apparition progressive. La première page est accordée à l’héroïne, Nûra. Puis, page deux, vient le tour de son amie, une petite fourmi à lunettes que l’on retrouve de manière récurrente et à l’identique dans certaines pages suivantes. On termine ensuite avec le reste de la fourmilière. Ainsi, les pages se remplissent petit à petit de ces insectes comme se remplit de fourmis la fourmilière.

Ce principe graphique que l’on retrouve presque à chaque page participe au bon déroulement de la lecture et constitue également un atout ludique puisque, de cette manière, l’enfant peut aisément reconnaître les dessins. Parfois, les fourmis deviennent même support du texte lorsque, elles semblent porter chacune des lettres sur leur dos. L’enfant suit la ligne des fourmis comme il suit le texte à l’aide de son doigt. On découvre ainsi un ouvrage riche d’illustrations et au travers duquel divers éléments déjà observés auparavant réapparaissent : ici une cigale accompagnant Nûra, là un oiseau sur son chemin… Autant de symboles qui participent de l’idée d’un collectif qui n’est finalement jamais bien loin.

« L’union fait la force »

Le texte, quant à lui, prend des allures de conte truffé de petites réflexions morales mais non moralistes. L’enjeu est la communauté et son bon déroulement. Le texte commence par présenter le fonctionnement d’une fourmilière où tout semble se dérouler à merveille. À travers ces premières pages ressort l’idée d’un travail commun, « ensemble » qui, dans l’adversité – défendre la fourmilière contre le « terrible poussin » par exemple – permet de rendre la tâche efficace. Face à un poussin qui occupe toute une page, le texte, qui parle du travail en communauté, semble plus fort puisqu’il est apposé directement sur le corps de l’animal. C’est ici à la manière du fameux adage « l’union fait la force » que l’ouvrage suggère cette idée.

Nûra aussi est forte, surtout lorsqu’il s’agit  de guider les fourmis vers un chemin plus sûr lors de l’épreuve finale, celle de l’inondation de la fourmilière. C’est à ce moment que le texte affirme que seul l’ordre garantit la sécurité : « en se mettant en rang, ainsi on peut éviter le danger ». L’illustration du texte semble prendre des allures de texte de lois : c’est la seule fois où il apparaît sur un fond grisé, symbolisant l’aspect un peu plus « officiel » de l’histoire. Juste à côté, les fourmis forment une pyramide illustrant directement ce que le texte annonce : « le plus fort porte le faible et le grand aide le petit », allant ainsi dans la droite ligne de la politique éditoriale de la maison d’édition, à savoir le souci de poser les fondements de base de la vie de l’enfant. Sur un ton de conte rimé, les fourmis remercient Nûra pour son aide tout en appuyant sur le caractère « unique » de la petite fourmi : « Il n’y en a pas deux comme toi ».

Ce besoin existentiel qui pousse Nûra sur les chemins de l’exil prouve qu’il n’est pas facile de trouver sa place au sein de sa famille. Pourtant, c’est tout le contraire que suggère cet ouvrage à travers un collectif omniprésent que symbolisent divers éléments graphiques aidés d’un conte qui semble guider la fourmi et les siens vers l’ordre et le bien-vivre ensemble.

© Pour toutes les images, Dâr Asâla

Tiphaine FAVEREAU (étudiante en Master II à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth)
L’USJ propose la première formation consacrée aux métiers du livre et de l’édition dans le monde arabe, sous forme d’un Master professionnel intitulé « Métiers du livre »
Pour tout renseignement, contacter Charif MAJDALANI : cherimaj@usj.edu.lb