« L’histoire de Nûra », la poétesse du désert (2/2)

Dans L’histoire de Nûra (éditions Asâla, textes de Fâtima Charaf al-Dîn, illustrations de Hiba Farrân, 2008), le texte rimé en référence à la poésie arabe classique articulé à une illustration évoquant tour à tour l’art pharaonique, les miniatures  des manuscrits et la poésie du désert, permet l’ancrage de l’histoire dans un contexte arabe. L’histoire demeure universelle, celle de la quête de l’individu soucieux de trouver sa place au sein du groupe et d’être aimé comme nul autre… (sur collectif et individualité, lire ce billet).

« Kân ya ma kân… Il était une fois, dans un pays tranquille, une drôle de petite fourmi nommée Nûra la gentille. » L’histoire commence dans la grande tradition du conte arabe, le texte rime, on pense à la poésie ancienne.  La première lettre est une lettrine, les mots sont organisés dans un cadre et entourés de motifs végétaux comme dans les manuscrits arabes. La typographie a été imaginée par l’illustratrice Hiba Farrân pour rassembler les quatre styles de calligraphies arabes et évoquer l’histoire de l’écriture dans une police de caractère syncrétique.
Page de gauche, l’image présente le héros, une héroïne en l’occurrence, dont la silhouette se détache sur le fond, telle une poétesse du désert pleurant sur les ruines de la tribu ayant levé le campement[1].
Qifâ… Arrêtons-nous un instant sur cette première illustration. À l’instar du syncrétisme calligraphique, elle rassemble des éléments qui l’ancrent dans un héritage arabe tout en révélant la culture picturale complexe et riche de l’illustratrice. Toute l’image évoque la miniature : « une fourmi égale petit égale miniature, d’où le fait que j’ai eu envie de travailler une illustration qui rappelle sans détours les miniatures arabes» (Hiba Farrân, entretien, mars 2011 à Beyrouth).

Lignes de force dans l'image N°1

La fourmi est au centre d’un paysage nu, baigné d’un soleil brûlant, qui évoque dans un même temps le désert et les rayons du pharaon Akhénaton. Le thorax de la fourmi est un cœur, un point d’équilibre de l’image et un axe autour duquel s’articulent deux formes d’aubergines qui s’achèvent en spirale. La spirale est la structure de base du personnage, récurrente sur son chapeau, dans son prolongement qui rappelle aussi la couronne pharaonique, au bout de ses chaussures. Elle est la courbe dynamique qui donne son mouvement au personnage immobile (au sujet de la spirale, lire ce billet). Le cœur de la fourmi est placé au point d’équilibre visuel du nombre d’or. Le mouvement des deux membres antérieurs guide le regard en direction des axes qui dynamisent l’image.

Une illustration arabe

« Nûra est l’histoire d’une inondation dans une fourmilière. Pour moi, l’inondation, c’est le Nil, l’Egypte avec l’histoire de Moïse, le cycle de l’agriculture. Donc j’ai situé l’histoire au bord du Nil. » Outre les rayons solaires de la première illustration, le livre est en effet rythmé par diverses références graphiques à l’Égypte : un horizon rectiligne bordé de végétation luxuriante et de palmiers. Et quand vient l’inondation, c’est un fleuve vu d’en haut qui déborde de part et d’autre sur des rives de terre couleur noire limon.
Autre référence, arabe cette fois, l’image de Nûra dans sa maison est particulièrement frappante parce qu’elle reprend, dans sa structure architecturale, les codes de la miniature. Nûra se prépare à partir, elle ne trouve pas sa place dans la communauté, elle est désespérée. L’architecture de sa maison est dessinée en coupe, distinguant le monde extérieur de l’espace intime.

© BNF, ms arabe 3929 et 5847, architectures intérieures

C’est ainsi que les miniatures arabes indiquaient l’espace privé, l’intérieur d’une bibliothèque, d’une taverne, d’un khân, d’une maison (sur ce sujet, lire Oleg Grabar, « The illustrated maqâmât of the 13th century : the bourgeoisie and the arts » dans Hourani AM, Stern SM, The Islamic city, Oxford, 1970). Tout au long de son illustration Hiba Farrân organise un va-et-vient entre surface et profondeur, macro et micro qui peut être relié à cet héritage des miniatures. Elle établit ainsi une perpétuelle mise en abîme de cadres dans le cadre, du social à l’intime, du collectif à l’individuel (lire ce billet).

La fourmi quitte sa communauté, l’illustration en fait une poétesse du désert. Plongée à l’intérieur de son être et versant la larme de son désarroi, Nûra chante le poème écrit sur la page adjacente, une qasîda sur la solitude.

L’illustratrice a volontairement fait le choix d’une nouvelle police de caractère, moins complexe et moins géométrique. La composition de la page est proche d’un manuscrit ancien : le texte est central, quelques ornements sont un écho graphique à la calligraphie et participent à l’harmonie de la page. En haut à gauche, l’oiseau est animé dans un mouvement courbé qui rappelle les formes rondes des lettres qaf ق , ya ي, noun ن, sin س en fin de mot, ou même du lam ل et des lettres emphatiques ص ط ظ. Les plantes dans les angles du bas accentuent le mouvement courbé et enroulé, pour guider le regard, donner un rythme à la chanson et participer à l’état sentimental de la fourmi. A droite, sous le visage de Nûra, c’est la nuit, les étoiles, la lune, on pense à Imrû al-Qaîs et au passage de sa mu‘allaqa[2] sur le désespoir au cœur de la nuit, les volutes nocturnes comme des vagues qui enveloppent l’homme. Page suivante, la fourmi est au désert, sur un sol nu que jonchent des cailloux, toute petite, elle est perdue au point d’équilibre de l’image.

Plusieurs raisons font que L’histoire de Nûra est une production graphique particulièrement intéressante : l’illustration prouve la maturité du projet pour lequel se sont mobilisés les illustrateurs arabes des années 70, à savoir créer une image arabe consciente de ses multiples héritages (art pharaonique, miniature, art populaire, images véhiculées par la poésie arabe, mais aussi, art byzantin, persan, occidental moderne et contemporain, bande dessinée américaine, belge, illustration soviétique, etc !). Dès lors, la forte identité de l’image tend à ancrer l’histoire de cette quête existentielle dans un contexte culturel, social et politique arabe.

© pour toutes les illustrations Dâr Asâla


[1] Le thème des pleurs sur les ruines du campement et la perte de l’être aimé est récurrent dans la poésie de l’Anté-Islam. En préface de la traduction qu’il a donnée des grandes odes arabes, Jacques Berque écrit : « Évoquons l’un de ces nobles errants, traqué par la sécheresse, la guerre ou la vengeance. Il arrête sa chamelle sur quelque trace imperceptible à nos yeux, identifiable aux siens. Il se trouble, chancelle. De ce presque rien qui l’entoure, il va faire jaillir, par une sorte d’anamnèse, des images d’amours aventureuses, une chronique de tribus, de chasses et de combats. Un poème sera né de la rencontre de deux vacuités : la déréliction du paysage et la perte de l’être aimé ». (Berque J, Les dix grandes odes arabes de l’Anté-Islam, Sindbad-Actes Sud, 1995)
Ainsi, l’ode d’Imrû  al-Qays s’ouvre-t-elle sur cette prière :
Qifâ…
Halte que nous pleurions au rappel
De l’Amie et du site au défaut de la dune

[2] O nuit, vagues et la mer, qui sur moi répandais tes volutes (…)
triste nuit aux étoiles fixées par des tresses de lin
à la surdité de la roche ?, traduction Berque J, op.cit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *