« Elle, elles deux et elles », premier chapitre

Le livre commence avec « elle », la nouvelle élève récemment arrivée dans l’école, présentée par la deuxième « elle », la narratrice, puis les « elles » entrent dans l’histoire, les autres élèves formant une masse impersonnelle. Elle, elles deux et elles, publié par les éditions du Petit tailleur (هي هما هن, Dâr al-Khayyiât al-Saghîr, textes de Nahlâ Ghandûr et illustrations de Janâ Trâbulsî, 2010) est un livre à plusieurs voix : deux narratrices, deux chapitres pour la découverte d’un univers scolaire, métaphore du monde. C’est une histoire sur l’image de l’autre et la délicate appréhension d’autrui, sur la différence avec en filigrane, le handicap physique.

Le petit format cartonné, les pages intérieures quadrillées ou rayées à l’anglaise, évoquent d’emblée le cahier quotidien sur lequel s’enregistrent les considérations philosophiques, les pensées intimes : un « bloc note » comme l’indique la page de titre. Petits carreaux, étiquettes, règles, compas, horloges et papier millimétré rappellent aussi le cadre réglé, réglementé et régulé de l’école. Nous entrons dans l’univers intime et quotidien des « elles », qu’aucune aventure n’anime vraiment hormis l’arrivée d’une nouvelle.

L’illustration de Elle, elles deux et elles est une mise en scène graphique, presque cinématographique, d’une rencontre entre deux « elles » et traduit visuellement le cheminement intérieur qui est à l’œuvre lorsque l’on apprivoise « l’autre ».
En tête du premier chapitre, cette phrase : « Mes yeux n’entendent pas les mots », qui produit en arabe le même effet étrange et poétique qu’en français, mais évoque aussi la réprimande faite à l’enfant désobéissant qui « n’écoute pas ce qu’on lui dit». « Mes yeux ne sont pas sages », donc. L’œil est dessiné de face et de profil sous forme d’un globe oculaire inséré dans une rosace géométrique, comme tracée par un écolier appliqué.
L’œil de la narratrice n’est pas sage, il scrute, zieute, dévisage et creuse cette nouvelle venue. Son examen méthodique et curieux est rendu par un traitement géométrique de l’espace soulignant sa précision et sa minutie. Le sens de lecture et la perspective concentrent le regard sur la grande chaise en premier plan. Les protagonistes en effet ne sont pas incarnées, la narratrice est une petite chaise située en arrière plan, l’objet de sa curiosité est une grande chaise en premier plan, avec un pied rafistolé. L’oeil du lecteur suit la perspective qui le guide de l’arrière vers l’avant, à l’exception d’un oiseau qui décolle en sens inverse, comme un regard rendu ?
« Je la regarde de loin, quand elle écrit, quand elle parle, quand elle s’assoit et se relève, quand elle marche, j’essaie de ne pas la regarder, mais je n’y parviens pas… ». La narratrice n’est qu’un œil, et dans le spectre de son inspection, la nouvelle prend forme, corps et nom. Elle s’appelle Nadia et apparaît en chair et en os dans un mouvement en spirale orienté par les regards, jusqu’au gros plan.

L’effet de zoom avant donne la sensation que la narratrice, l’observatrice, s’est rapprochée de Nadia. Comme dans l’histoire de la fourmi Nûra précédemment étudiée, l’image vient plus près de l’héroïne lorsque la narration évoque son état psychologique. Nadia rie, pleure. De loin, la narratrice la regarde, la regarde… Nadia tombe dans la cour, l’oiseau du début est posé sur son épaule, il est son compagnon graphique, son « fétiche ».

Ce traitement géométrique évoque aussi une cosmogonie : l’école est la métaphore du monde, dans le spectre du regard de la narratrice, on imagine une carte du ciel, autour du visage de Nadia, les larmes gravitent telles des étoiles, la nouvelle élève ressemble à une déesse qui fertilise le monde avec ses pleurs. On pense au livre de Dâr Onboz, Goutte après goutte…  finissent par faire une mer (نقطة ورا نقطة… يعملوا بحر, textes de Nadine Tûmâ, illustrations de Hibba Farrân, 2009), métaphore d’une création poétique et sensuelle du monde rendue par un traitement graphique « scientifique » parce que géométrique.

©Dâr Onboz

Un jour, Nadia regarde la narratrice. L’illustration est alors inversée : Nadia est en arrière plan, dessinée en pied elle a une jambe de bois, ou plutôt une « jambe de clef ». La narratrice prend corps pour la première fois, de dos au premier plan. La construction géométrique est rompue, Nadia engage la conversation avec la narratrice qui depuis longtemps l’examine de loin, elle la complimente sur sa jolie robe. De l’une à l’autre, les mots s’égrainent, la parole est un fil qui relie les deux filles par une courbe bouclée agrémentée d’oiseaux. Une balançoire est accrochée au fil : la discussion est un mouvement, un va-et-vient de l’une à l’autre.

Deux temps de la rencontre : à droite, la narratrice observe, les humains sont des chaises et le dessin est géométrique ; à gauche, par l’effet de la parole, les protagonistes s’incarnent et le dessin devient courbe.

Plus les filles se parlent, plus la conversation est fleurie. Page suivante, le fil de leur conversation est orné de roses, de fruits, d’animaux et les « elles », les autres écolières passent pour la première fois en arrière plan. Le fil des mots sort des deux bouches et se relie pour constituer un espace graphique commun, un mélange de pensées et d’idées échangées. Les deux protagonistes sont côte à côte, même taille, même traitement graphique, la narratrice et Nadia, avec sa jambe de clef.

Dès lors, Nadia est là, face à nous, en pleine page, gros plan sur ses yeux. On la reconnaît à l’arc-en-ciel sur ses sourcils et à l’oiseau qui l’accompagne. Nadia n’a plus le regard perdu dans le vague du ciel, le regard tourné vers l’intérieur d’elle-même, comme sur la couverture ou dans la page du gros plan affectif. Elle regarde vers nous, elle est proche de nous.

L’interversion narratrice/Nadia entre arrière plan et premier plan, le changement du traitement graphique d’une construction très géométrique à la courbe, l’incarnation des chaises en jeunes filles, le mouvement de zoom sur le visage de Nadia, le changement d’orientation de son regard d’abord perdu vers le ciel puis tourné droit sur nous… sont autant d’éléments d’une illustration construite qui traduit graphiquement le processus d’assouplissement « des angles », d’adoucissement et de rapprochement des êtres qui est à l’œuvre dans la rencontre de l’autre.
« Je ne regarde plus Nadia de loin, je la regarde de près et je parle avec elle » conclut la narratrice. Puis plus rien. Plusieurs pages vides au beau milieu d’un livre pour enfants. Comme une invitation à méditer cette première rencontre, à consigner des histoires intimes. Après les pages vides,  un nouveau chapitre commence, dont Nadia est la narratrice… (à suivre).

© Pour toutes les images : Dâr al-Khayyiât al-Saghîr (à l’exception de la mention Dâr Onboz)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *