« Elle, elles deux et elles », deuxième chapitre

Dans le premier chapitre d’Elle, elles deux et elles (هي هما هن, Dâr al-Khayyiât al-Saghîr, Beyrouth, 2010), Nadia la nouvelle de la classe est vue de l’extérieur (lire ce billet). Dans le deuxième, « Elle » devient narratrice de sa propre histoire et au milieu des autres, ne sait pas où se mettre. Des bâtonnets de bois sont rangés deux par deux, côte à côte, même couleur, le rang serré bâti par les autres élèves ressemble à une barrière. Dans les interstices de ce mur fermé, des flèches en pointillés essaient de s’insérer, Nadia cherche sa place. Les élèves de petite taille, les moyennes au milieu et derrière les grandes, Nadia est moyenne, donc, elle se met au milieu.

Mais elle est plus lente que les autres, sa « jambe de clef » part sur le côté et sa main ouverte suggère qu’elle est déséquilibrée. Nadia est dessinée de dos dans une perspective ascendante. Elle se retourne et derrière elle, les autres sont des piques de bois qui font masse et la poussent dans le sens indiqué par la flèche. Comme dans un jeu de quilles, l’enfant handicapée pourrait être « dégommée ».
Page après page, Nadia continue de chercher sa place. Devant, derrière, avec les autres, rien ne va, elle cherche encore puis trouve la solution : il lui faut partir plus tôt que les autres, non pas dans le rang mais à côté ; ainsi qu’elle entre à l’heure en classe. En marge du rang, Nadia a trouvé sa place.

Elle, elles deux et elles raconte l’histoire du handicap physique perçu de l’intérieur de l’être. L’auteur, Nahlâ Ghandûr, est elle-même handicapée et le livre trouve toute sa puissance dans cette narration portée par une voix intime. Cette voix est d’autant plus audible qu’elle fait écho à un autre récit, extérieur, relatant la difficile rencontre de l’Autre et la fonction libératrice de la parole (voir le premier chapitre).

Plusieurs livres jeunesse libanais ont récemment abordé la question du handicap physique ou mental. Dès l’année 2002, Dâr al Hadâ’iq publie Mon ami préféré (صديقي المفضل), l’amitié entre  une petite fille et un garçon aveugle dont la cécité est évoquée par ses yeux perpétuellement fermés. L’histoire raconte qu’il est un enfant comme les autres, joueur et aimable. Dans Deux histoires (حكايتين, en 2006), la même maison d’édition revient sur cette thématique à travers les aventures d’un musicien et d’un peintre dont on découvre à la fin du récit qu’ils sont respectivement aveugle et sourd.  Le texte insiste sur le talent artistique des deux enfants qui remportent des concours et font la fierté de leurs parents. Les enfants handicapés physique ont autant de capacités que les autres, voire développent des dons particuliers, ils méritent autant que les autres d’être aimés et reconnus, signifie ces livres aux enfants libanais.

En 2003, Mon frère est différent (أخي يختلف, édité par la fondation Tâla) aborde ouvertement le sujet du handicap mental et raconte l’histoire d’un petit frère dont la vie au quotidien et le comportement sont, presque, normaux. Il s’habille tout seul mais ne sait pas mettre sa ceinture, il est toujours content, il indique avec ses doigts qu’il a trois ans tout en soufflant ses cinq bougies. Ce frère différent est trisomique, mais seule l’illustration permet d’emblée de découvrir la nature réelle de son handicap.

Sans être un phénomène déferlent, les livres sur le handicap se multiplient dans la production libanaise, et cette thématique est récente. On est tenté alors d’émettre une hypothèse : ce thème pourrait être une façon d’évoquer l’étrangeté et la différence en appelant à la tolérance et la conciliation, sans aborder d’autres formes de distinctions, sociales, religieuses qui demeurent douloureuses et peu traitées par le livre jeunesse, bien qu’omniprésentes dans la société libanaise ? Dans Elle, elles deux et elles, le livre fait lui-même le chemin et élargit la question du handicap physique au thème de l’image et de la difficile approche de l’Autre.

© Pour toutes les images : Dâr al-Khayyiât al-Saghîr

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *