« L’histoire de Nûra », individuel et collectif (1/2)

« Si je n’étais pas là… qui s’en apercevrait ? » La question est au cœur de l’enfant lorsqu’il prend conscience du temps, de sa finitude et qu’il est tenté de jouer avec sa propre disparition. La question est aussi au centre de L’histoire de Nûra (éditions Asâla, textes de Fâtima Charaf al-Dîn, illustrations de Hiba Farrân, 2008), l’aventure d’une fourmi qui veut trouver sa place au sein du groupe et être aimée comme nulle autre… (lire ce précédent billet signé Tiphaine Favereau). Le contexte ici est celui d’un collectif omniprésent, la fourmilière. Le système communautaire étouffe l’individu pourtant l’individu est l’avenir du collectif, semble nous dire le livre. L’illustration conduit le regard du lecteur de l’extérieur vers l’intérieur, du public vers l’intime, du collectif vers l’individuel, et accompagne ainsi graphiquement la question existentielle.

Images en mouvement

L’illustration est structurée en différents tableaux et angles de vue. En haut, un plan éloigné de palmiers et de fleurs, l’alignement de la végétation rappelle les bords du Nil. Le deuxième tableau (en dessous à droite dans le sens de lecture arabe…) est un plan rapproché de fruits issus du troisième tableau, plus large, fait de pommiers. Un quatrième tableau est un gros plan sur une mosaïque de tissus : le monde des fourmis est constitué de minuscules particules que l’on regarde ici avec leurs yeux. Sur la page en vis-à-vis, la fourmi Nûra salue une amie. La feuille qui la supporte est énorme, tandis que plus haut, des fourmis minuscules courent croquées par le dessin, tels de petits ronds. Un dernier cadre dans le cadre montre, en macro, la structure et la matière de la feuille.
Cette profusion d’éléments conduit le regard dans un va-et-vient permanent du microscopique au macroscopique, du point de vue de l’homme à celui de la fourmi, de l’intérieur du monde des insectes à son extérieur. Ce mouvement a deux effets : il donne le sentiment d’une grande activité (le dessin est statique mais ce changement d’échelle oblige le regard à s’ajuster en opérant un zoom imaginaire d’un dessin à l’autre) et il induit des états affectifs, le gros plan est associé à un sentiment d’appartenance, le plan général, à un sentiment d’extériorité. C’est en fait l’état psychologique de la fourmi Nûra qui se traduit graphiquement. Nûra est membre de la fourmilière et pourtant elle s’y sent extérieure, elle est dans le monde et hors du monde, elle erre, dans un perpétuel tiraillement affectif.

Nûra la mal-aimée

« Nûra avait une drôle d’idée ! Elle pensait ne pas être aimée. « Avec Nûra ou sans Nûra » tout va bien dans la maisonnée, voilà ce qu’elle se disait. »

Alors Nûra s’en va. Elle passe la porte du collectif, elle quitte le monde connu. Celui dans lequel elle se retrouve n’est pourtant, graphiquement, pas très différent, c’est un exil à pas de fourmi ! La nouveauté tient au fait que Nûra observe, dans les moindres détails, elle scrute « à la loupe » le dehors et le dedans, elle interroge la double dimension extérieure et intérieure des choses (voir la pomme). Ainsi l’image évoque la quête existentielle et donne à voir que tout être humain, végétal, animal, minéral, est doué d’une existence en surface et en son cœur.
On tourne la page et dans un mouvement de zoom avant cinématographique, le lecteur plonge dans l’être de Nûra. Le monde extérieur n’existe plus. « Pour évoquer ce passage à l’intérieur de la psychologie de l’être, je voulais rendre Nûra transparente. Le papier quadrillé participe de cet effet : on voit le papier, on voit à travers le dessin comme on voit à travers l’âme » explique l’illustratrice Hiba Farrân. La fourmi Nûra fait l’expérience de la solitude, seule, telle une poétesse au désert. Trois pages plus loin, c’est un nouveau gros plan quadrillé qui nous aide à remonter à la surface de l’être. Le regard de la fourmi guide celui du lecteur vers l’endroit où la « chose » arrive, derrière les herbes, au-delà des bulles…
L’histoire a recours au danger pour réveiller la conscience de la fourmi, une inondation arrive, elle sera salvatrice. Face à la menace, c’est la mise en ordre du collectif, chacun trouve sa place, le fort aide le faible, le grand aide le petit, et Nûra comprend son rôle. Pourquoi avoir choisi une inondation, une vague déferlante comme élément narratif  qui apporte du renouveau et marque une transition dans la vie de la petite fourmi ? Le danger aurait pu être tout autre, mais texte et images font référence au Nil, dont la crue intègre cet aspect binaire du danger associé au renouveau.
Après l’orage, dans un grand cercle de visages, Nûra fait partie de la ronde, elle a trouvé sa place au sein de la communauté des fourmis qui lui accordent de l’attention (tous les regards sont tournés vers elle). Le texte affirme que Nûra est sans nulle autre pareille, l’image indique qu’elle a sa place au sein du groupe, c’est donc cela une communauté : un ensemble d’êtres uniques et pensants, choisissant leur place et soudés pour l’intérêt commun.

La question communautaire

L’Histoire de Nûra peut être reliée à quelques (rares) livres jeunesse sur la question communautaire, tous publiés au Liban. Hikâyat chajjarataîn (L’histoire de deux arbres, Asâla, Beyrouth, 2004, textes et illustrations de ‘Adli Rizq Allah) est un hymne métaphorique à la réconciliation et au partage. Deux arbres, en tout point semblables, se font face et se jalousent. L’un appartient à une mosquée, l’autre à une église. Sous leur ombre, deux groupes se font face et s’ignorent. Du fait de l’entremêlement des branches, les deux arbres viennent à ne faire plus qu’un et sous leur ombre, les gens chantent d’une même voix, sans que plus rien ne distingue celui qui va à la mosquée de celui qui va à l’église. Le livre insiste sur la ressemblance des deux arbres et des deux groupes humains. Des deux côtés, tout est pareil, si ce n’est le soleil qui tourne et ne dispense pas sa lumière au même endroit, au même moment. Le livre est publié par une maison beyrouthine mais écrit et illustré par un Égyptien. Il est intéressant de noter que pour lui, la question religieuse et communautaire est binaire. A l’inverse, dans Limâdha amtarat al-samâ’ kûsâ wa waraq ‘inab (Pourquoi a-t-il plu des courgettes et des feuilles de vigne ?, Dâr al-Khayyât al-Saghîr, Beyrouth, 2009, textes de Rânia Zaghîr et illustrations de Sâra Sarâj), la jeune maison d’édition du Petit Tailleur évoque une réalité nationale multiple et invite à la fabrication collective d’une grande soupe partagée. Le livre prend pour point de départ une pluie de légumes absurde tombée sur le Liban le 7 mars (référence à la manifestation unitaire pour le Liban rassemblée autour du Hizb Allah le 7 mars 2005). L’histoire nous conduit au fil des lettres de l’alphabet dans une visite des quartiers de Beyrouth, des villes et villages du Liban pour découvrir le nom du légume qui y est tombé du ciel, à Achrafiyeh des ananas, à Bârûk des basal (oignons), etc…. Au bout de l’histoire, les habitants de tout le Liban mettent en commun leurs légumes pour fabriquer et déguster ensemble une grande soupe.  Le prétexte de l’histoire est surréaliste mais il affirme avec réalisme que le Liban est multiple et uni.

Une individuation arabe ?

Au delà de la question communautaire, L’histoire de Nûra peut être abordée comme un ouvrage phare sur la question de la place de l’individu au sein de son groupe d’appartenance, qu’il soit familial, communautaire, national, panarabe. Le livre en ce sens fait écho à d’autres publications jeunesse récentes évoquant un processus d’individuation arabe. L’individu s’affirme dans les livres jeunesse via l’expérience d’un résistant solitaire contre l’oppression d’une tache noire (lire ce billet), via la prise de parole de l’enfant narrateur (lire ce billet), via des ouvrages sur les sentiments de l’enfant devenu une personne entière (voir par exemple, le livre Awal liqâ’, première rencontre, Dâr Onboz, 2009). D’aucun voient dans le processus d’individuation arabe un des moteurs des révolutions en cours (lire ces propositions d’analyse sur CPA ou cette interview de Farouk Mardam-Bey), et l’on entend son écho dans le livre jeunesse.

© Pour toutes les images : Dâr Asâla

نورا و قصتها ، الفرد والمجموعة 1/2

« بنورا وبلا نورا الحال جيدة في الجورة  » هذا السؤال يراود قلب الطفل عندما يعي الزمان والموت، وقد تراوده فكرة العبث بنهايته. والسؤال في قلب قصة نورا ( » نورا و قصتها »  دار نشر أصالة، نص فاطمة شرف الدين، رسوم هبة فران، 2008)، مغامرة نملة تريد أن تجد مكانها داخل المجموعة وأن تحَبَّ أكثر من غيرها… (انظر المقالة السابقة لتيفين فافيرو). إلا أن السؤال هنا مطروح ضمن إطار حضور كثيف للمجموعة ألا وهي قرية النمل. يقول لنا الكتاب أن نظام المجموعة يخنق الفرد مع أن الفرد المنطلق المتفتح هو منقذ للمجموعة. تأخذنا الرسوم في حركة من الخارج نحو الداخل ومن العام نحو الحميمي ومن الجماعي نحو الفردي، مرفقاً التساؤل الوجداني بمرادفه البصري.

صور متحركة

الرسم موزع على عدة لوحات ووجهات نظر. في الأعلى نرى مشهداً بعيد المدى من النخيل والأزهار وقد يذكرنا ترتيب الأشجار بضفاف النيل. اللوحة الثانية هي مشهد قريب لفاكهة هي تفصيل أخذ من اللوحة الثالثة التي تمثل أشجار التفاح. لوحة رابعة تمثل مشهداً قريباً على خلفية أقمشة ملونة: فنرى بأعين النملات عالمهم المكون من ذريرات صغيرة. على الصفحة المقابلة تسلم النملة نورا على صديقة لها. الورقة التي تقف عليها ضخمة للغاية فيما تركض نملات صغيرات جداً رسمت على شكل دوائر صغيرة في أعلى اللوحة. وفي إطار آخر داخل إطار اللوحة نرى بشكل مكبر تكوين مادة الورقة التي تقف عليها النملة.
كثرة العناصر هذه تجبرنا على القيام بحركة ذهاب وإياب بنظرنا من المقياس البعيد إلى المقياس المكبر، من وجهة نظر الإنسان إلى وجهة نظر النملة، من داخل عالم الحشرات إلى خارجه. هذه الحركة لها مفعولان: فهو من جهة يوحي بوجود حركة كبيرة جداً (فالرسم ثابت ولكن تغيير المقياس يجبر العين على التأقلم في حركة تكبير وهمية بين رسمة وأخرى). من جهة أخرى هي تولد المشاعر: الزوم القريب يوازيه شعور بالإنتماء فيما المشهد العام يوازيه شعور بغربة المتفرج. وهو في المحصلة يترجم الحالة النفسية للنملة نورا بشكل بصري. نورا هي عضوة في مجموعة النمل ولكنها تشعر بغربة، هي داخل العالم وخارجه، وتمضي في هذا التناقض العاطفي الدائم.

نورا الغير محبوبة

« كانت فكرة نورا غريبة ! قالت انها ليست محبوبة… حملت نورا زوادتها و رحلت تاركة أسرتها »
ترحل نورا إذن. تتجاوز حدود قرية النمل وتترك العالم المعروف. عالمها الجديد لا يختلف كثيراً على المستوى البصري عن العالم القديم، إنه ترحال بطيء جداً! التجديد آت من التغير الحاصل في نظرة نورا لما يحيط بها. تنظر للأشياء بأدق تفاصيلها في داخلها وخارجها من خلال « عدسة مكبرة » وتسائل البعد الخارجي والداخلي للأمور (انظر التفاحة). يظهر إذن البحث الوجداني في الرسم ويوحي بأن كل إنسان أو نبات أو حيوان أو جماد موهوب بكينونة في سطحه كما في قلبه.
نقلب الصفحة فنغوص في حركة زوم أمامي سينمائي في كيان نورا. لم يعد للعالم الخارجي وجود. « لتمثيل هذا الانزلاق إلى داخل نفسية الكائن، أردت أن أجعل نورا شفافة. ويساهم الورق المخطط في هذا خلق هذا الشعور: نرى الورق، نرى من خلال الرسم كما نرى من خلال الروح » تشرح الرسامة هبة فران. تعيش نورا تجربة الوحدة، وحيدة كالشاعرة في الصحراء (انظر هذه المقالة). إذا تقدمنا ثلاثة صفحات إلى الأمام، تعيدنا رسمة مقربة على صفحة مخططة إلى القشرة الخارجية للكائن. ويدل اتجاه نظرة النملة القارئ نحو المكان الذي يصل منه « الشيء »، خلف الأعشاب، وراء الفقاعات…
هنا تلجأ القصة للخطر كأسلوب لإيقاذ ضمير النملة، فسيأتي فيضان وسيكون منقذاً. فأمام الخطر المحدق، تترتب المجموعة فيجد كل مكانه، يساعد القوي الضعيف ويساعد الكبير الصغير وتفهم نورا دورها. لماذا تم اختيار الفيضان والموجة العارمة كعنصر سردي ليأتي بالتجديد وليرمز للتحول الحاصل في حياة النملة الصغيرة ؟ كان من الممكن أن يكون مصدر الخطر مختلفاً تماماً ولكن النص والرسوم استلهموا من النيل وطوفانه الذي يعبر عن عنصري الخطر والتجديد في ذات الوقت.
بعد العاصفة تتكون دائرة كبيرة من الوجوه، نرى نورا جزأً منها. لقد وجدت مكانها ضمن مجتمع النمل الذي يولي لها الاهتمام، فالجميع ينظر إليها. ويؤكد لنا النص أن نورا كائن فريد من نوعه فيما يشير الرسم إلى أنها جزء من مجموعة. هذا هو إذن المجتمع: مجموعة من الكائنات الفريدة والمفكرة، ينتقون أماكنهم ويتحدون من أجل المصلحة العامة.

المسألة الطائفية

يمكن ربط قصة نورا بمجموعة كتب الأطفال النادرة التي تتناول المسألة الطائفية وجميعها منشورة في لبنان. فمثلاً « حكاية شجرتين » (نص ورسوم عدلي رزق الله، دار أصالة، بيروت، 2004) هي نشيد مجازي من أجل المصالحة والتشارك. إنها قصة شجرتين متماثلتين تماماً تتواجهان وتغاران من بعضهما. إحداهما تابعة لجامع والأخرى لكنيسة. تحت ظلالهما، تتقابل مجموعتان الذين لا يختلطون. مع تداخل أغصان الشجرتين ببعضهما، تندمج الشجرتان لتصبحا واحدة، تغني الناس تحت ظلها الموحد بصوت واحد فلا يمكن التفريق بين الذي يتردد إلى الكنيسة والذي يتردد إلى الجامع. ويشدد الكتاب على التشابه بين الشجرتين وبين المجموعتين من الناس. كل شيء متشابه في الجهتين باستثناء الشمس التي تدور ولا تضيء المكان نفسه في نفس اللحظة. نشر الكتاب في لبنان فيما الذي كتبه ورسمه مصري. ومن المثير للانتباه أن المسألة الطائفية والدينية بالنسبة له ثنائية فقط. على عكس كتاب « لماذا أمطرت السماء كوسا وورق عنب » (دار الخياط الصغير، بيروت، 2009، تأليف رانيا صغير ورسوم سارة سراج)، حيث تتناول فيه دار النشر الفتية هذه واقع وطني متنوع، فيه دعوة إلى صنع حساء جماعي كبير يتشارك فيه الكل. وتعتمد القصة كنقطة بداية حادثة خيالية هي إمطار خضراوات على لبنان بتاريخ 7 آذار. وتأخذنا القصة على مدار أحرف الأبجدية في رحلة عبر أحياء بيروت ومدن وقرى لبنان لاكتشاف نوع الخضراوات التي سقطت فيها. ففي الأشرفية أمطرت السماء أناناساً، في الباروك بصلاً، الخ… وفي نهاية القصة يجمع كل سكان لبنان خضراواتهم ليصنعوا حساء ويأكلوه. فكرة القصة سريالية نوعاً ما ولكنها تؤكد بواقعية أن لبنان متنوع وواحد.

نشوء الفرد العربي ؟

يمكن لقصة نورا أن تقرأ كعمل يتجاوز المسألة الطائفية ويطرح موضوع مكانة الفرد داخل المجموعة التي ينتمي إليها أياً كانت، عائلية، دينية، وطنية، عربية. ونجد إلى جانبه كتب أطفال أخرى وحديثة النشر تطرح مسألة ظهور الفرد في المجتمع العربي. فيتجسد نشوء هذا الفرد العربي في كتب الأطفال عبر تجربة مقاوم وحيد ضد بقعة سوداء قامعة (اقرأ هذه المقالة)، وعبر كتب تتناول مشاعر الطفل الذي بات فرداً مكتملاً (اقرأ هذه المقالة و مثلاً كتاب « أول لقاء »، دار قنبز، 2009). والبعض يرى في هذا التطور العربي نحو الفردية إحدى محركات الثورات الحالية (حول هذا السياق اقرأ بعض التحليلات على هذا الرابط، وهذه المقابلة لفاروق مردم بك)، وتُسمع تردداته في كتب الأطفال.

© للصور دارأصالة
ترجمة بالعربية سلمى ألعظمة
Traduction en arabe : Salma al-Azmé

« L’histoire de Nûra », une ode à la communauté

Dans L’Histoire de Nûra publiée aux éditions Asâla en 2008, Fâtima Charaf al-Dîn (textes) et Hiba Farrân (illustrations) explorent la question du collectif à travers les péripéties d’une petite fourmi à qui vient une idée saugrenue : si elle quittait la fourmilière, manquerait-elle à sa famille ? C’est ainsi que l’on suit Nûra sur le chemin de ses découvertes et que l’on découvre nous-même un ouvrage frappant tant par ses illustrations composées de plusieurs couches de visuels (papier brillant, tissus floraux, traits de crayons de couleur et pastels…) que par son texte en rimes, pareil à celui des poésies. Néanmoins, ce qui constitue la première originalité de L’Histoire de Nûra est ce thème du départ. La fourmi part loin des siens, non par simple désir de découverte mais à la suite d’une question existentielle. L’auteur s’inspire d’un phénomène fréquent chez l’enfant : le besoin de savoir quelle est sa place au sein de la collectivité en « testant » ses proches. Abordant ainsi la question de la psychologie de l’enfant et de ses sentiments vis-à-vis du collectif, l’ouvrage s’enracine dans une valeur prédominante pour un pays comme le Liban. Grâce à cet exil et à l’issue d’une épreuve, Nûra la fourmi va comprendre la véritable place qu’elle occupe au sein d’un collectif, plus fort que tout quand il s’agit de faire face à un danger.

Comment dessiner le collectif ?

Le lecteur est d’emblée transporté dans un microcosme. La segmentation suggérée par l’illustration en patchworks constitue d’innombrables « niches visuelles » participant ainsi d’une idée de plongée au cœur d’une fourmilière. Le collectif, sous diverses formes, se retrouve quasiment dans chacune des pages après une apparition progressive. La première page est accordée à l’héroïne, Nûra. Puis, page deux, vient le tour de son amie, une petite fourmi à lunettes que l’on retrouve de manière récurrente et à l’identique dans certaines pages suivantes. On termine ensuite avec le reste de la fourmilière. Ainsi, les pages se remplissent petit à petit de ces insectes comme se remplit de fourmis la fourmilière.

Ce principe graphique que l’on retrouve presque à chaque page participe au bon déroulement de la lecture et constitue également un atout ludique puisque, de cette manière, l’enfant peut aisément reconnaître les dessins. Parfois, les fourmis deviennent même support du texte lorsque, elles semblent porter chacune des lettres sur leur dos. L’enfant suit la ligne des fourmis comme il suit le texte à l’aide de son doigt. On découvre ainsi un ouvrage riche d’illustrations et au travers duquel divers éléments déjà observés auparavant réapparaissent : ici une cigale accompagnant Nûra, là un oiseau sur son chemin… Autant de symboles qui participent de l’idée d’un collectif qui n’est finalement jamais bien loin.

« L’union fait la force »

Le texte, quant à lui, prend des allures de conte truffé de petites réflexions morales mais non moralistes. L’enjeu est la communauté et son bon déroulement. Le texte commence par présenter le fonctionnement d’une fourmilière où tout semble se dérouler à merveille. À travers ces premières pages ressort l’idée d’un travail commun, « ensemble » qui, dans l’adversité – défendre la fourmilière contre le « terrible poussin » par exemple – permet de rendre la tâche efficace. Face à un poussin qui occupe toute une page, le texte, qui parle du travail en communauté, semble plus fort puisqu’il est apposé directement sur le corps de l’animal. C’est ici à la manière du fameux adage « l’union fait la force » que l’ouvrage suggère cette idée.

Nûra aussi est forte, surtout lorsqu’il s’agit  de guider les fourmis vers un chemin plus sûr lors de l’épreuve finale, celle de l’inondation de la fourmilière. C’est à ce moment que le texte affirme que seul l’ordre garantit la sécurité : « en se mettant en rang, ainsi on peut éviter le danger ». L’illustration du texte semble prendre des allures de texte de lois : c’est la seule fois où il apparaît sur un fond grisé, symbolisant l’aspect un peu plus « officiel » de l’histoire. Juste à côté, les fourmis forment une pyramide illustrant directement ce que le texte annonce : « le plus fort porte le faible et le grand aide le petit », allant ainsi dans la droite ligne de la politique éditoriale de la maison d’édition, à savoir le souci de poser les fondements de base de la vie de l’enfant. Sur un ton de conte rimé, les fourmis remercient Nûra pour son aide tout en appuyant sur le caractère « unique » de la petite fourmi : « Il n’y en a pas deux comme toi ».

Ce besoin existentiel qui pousse Nûra sur les chemins de l’exil prouve qu’il n’est pas facile de trouver sa place au sein de sa famille. Pourtant, c’est tout le contraire que suggère cet ouvrage à travers un collectif omniprésent que symbolisent divers éléments graphiques aidés d’un conte qui semble guider la fourmi et les siens vers l’ordre et le bien-vivre ensemble.

© Pour toutes les images, Dâr Asâla

Tiphaine FAVEREAU (étudiante en Master II à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth)
L’USJ propose la première formation consacrée aux métiers du livre et de l’édition dans le monde arabe, sous forme d’un Master professionnel intitulé « Métiers du livre »
Pour tout renseignement, contacter Charif MAJDALANI : cherimaj@usj.edu.lb